Créations pour théorbe en 2018

En 2018, j’ai reçu plusieurs partitions pour théorbe: Angélica de Francisco Luque pour deux instrumentistes jouant guitares baroques, théorbes et angélique, Les Doigts du Soleil de Christopher Fox pour théorbe (solo, ou avec instruments), et Cet abîme d’étoiles de Jean-Pascal Chaigne.

Affiche du concert du 18/05/2018, 5 rue Boilly, à Paris

J’ai créé Les Doigts du Soleil de Christopher Fox le 18/05/2018 lors d’un concert où je jouais aussi Velocity of Sleep de Kali Malone (2015) et Vers un désert de Francisco Luque (2006), dans le cadre du festival éphémère Venez aux confins du silence, au 5, rue Boilly à Paris, qui présentait une exposition rétrospective du peintre néerlandais Ton van Os.

Ce concert a eu un écho inattendu. La poétesse Karthika Naïr a inclus le titre Velocity of Sleep dans le poème Lines: for where there is singing.
Nous avons ensuite partagé un moment du festival Vieux Media de la Générale Nord-Est de Paris en juillet 2018, avec une version mise en boucle de type frippertronic de Velocity of Sleep précédée de la lecture du poème.

Caroline Delume joue Velocity of Sleep de Kali Malone photo Sonia Soraya

Jean-Pascal Chaigne a composé Cet abîme d’étoiles pour théorbe en 2018. Dans le cadre d’un projet de recherche de la Haute école de musique de Genève, j’ai enregistré la pièce et nous avons présenté ce travail lors d’une masterclasse pour les étudiants de la HEM, avec la musicologue Anne-Sylvie Barthel. La création a eu lieu lors d’un concert privé dans l’atelier de lutherie de Judith Kraft en mars 2019.

Thibaut Roussel et moi avons fait la création de Angélica de Francisco Luque à Versailles le 19/12/2018. Angélica est composée de 6 pièces: Ausencia pour théorbe seul, Las aguas y la noche pour deux théorbes, Allí fui cocinero pour guitare baroque et théorbe, Hermosas margaritas pour deux guitares baroques, Chant de l’oiseau solitaire pour guitare baroque et Aquello pour angélique. Francisco Luque a bénéficié pour cette création de l’aide à l’écriture d’une œuvre originale du Ministère de la culture. A la reprise du 24 mars 2019, à l’invitation de la Société française de luth, c’est Stéphanie Petibon qui a joué les duos.

Caroline Delume joue Aquello pour angélique de Francisco Luque
Société Française de Luth, journées du luth à Paris, le 24 mars 2019

La création de Les Doigts du Soleil de Christopher Fox dans sa version pour théorbe avec sept instruments a eu lieu le 21/12/2018 au CRR de Paris avec des étudiants des départements de musiques anciennes des conservatoires de Versailles, Boulogne, Cergy et du CNSMDP. La deuxième version a été jouée au Conservatoire de Boulogne-Billancourt le 01/02/2019.

Musique contemporaine et instruments anciens à l’IRCAM

le 11/10/2018 a eu lieu à l’IRCAM une table ronde organisée par François-Xavier Féron intitulée Musique contemporaine et instruments anciens: liaisons dangereuses ? en lien avec la revue Circuit Volume 28 n°2 (2018) Instrumentarium baroque : précédence et créativité

En ce qui concerne la création pour théorbe, j’interviens à une heure du début. Je cite certains des compositeurs dont j’ai joué la musique, ainsi que les personnes qui ont favorisé ces créations : Carlos Gonzalez, luthier, et Rachid Safir, le fondateur et chef de l’ensemble Les jeunes solistes devenu plus tard Solistes XXI

Les premières créations pour théorbe que j’ai jouées ont été Tiento de Florentine Mulsant, Prélude de Diógenes Rivas, Ricercare de Jorge Labrouve et Góngora pour voix et ensemble d’instruments anciens de Francisco Luque. Le concert était donné à Paris en 1995, pour le dixième anniversaire de la Société française de luth. Ont suivi en 1996 deux créations en ensemble programmées à l’amphithéâtre de l’Opéra-Bastille par le Festival d’Automne à Paris : Les Madrigaux de Philippe Fénelon avec l’ensemble Les jeunes solistes dirigé par Rachid Safir, et M de Brice Pauset avec l’Ensemble Recherche dirigé par Kwamé Ryan. Klaus Huber a inclus en 1997 le théorbe dans la composition des Lamentationes sacrae et profanae ad responsoria Iesualdi dont la création et l’enregistrement ont été réalisés par Les jeunes solistes sous la direction de Rachid Safir.